[ARL, Q1, Conférences, 13/12/2014] Marianne Michel, « L’apiculture en Égypte ancienne »

Marianne Michel 

Michel Apiculture

Les Égyptiens anciens assimilaient le roi à un élément de la flore, le jonc et à un élément de la faune, l’abeille ...

Nous commencerons par examiner les différents témoignages à notre disposition, c'est-à-dire les scènes du temple solaire de Niouserrê et des tombes de Rekhmirê (TT 100), d'Ankh-Hor (TT 414) et de Pabasa (TT 279).

L'examen des différentes scènes apicoles même peu explicites permet néanmoins de tirer quelques notions sur l'apiculture de l'Égypte ancienne. Les Égyptiens anciens ont connu un type spécifique de rucher, ils récoltaient les gâteaux de miel et les pressaient. Le miel, la cire et la propolis étaient également utilisés pour leurs propriétés médicinales.

[ARL, Q1, Conférences, 29/11/2014] Marie Carraggi, « Les parfums en Égypte ancienne, confection et fonctions »

Marie Carraggi

 Carraggi Parfums

Depuis la plus haute Antiquité, les Égyptiens se sont rendus maîtres dans l’art de la parfumerie. Les essences parfumées étaient utilisées à des fins diverses, que ce soit dans les rituels royaux, divins et funéraires ou dans la vie quotidienne, à des fins thérapeutiques et esthétiques. Et pourtant, quoi de plus insaisissable que les odeurs ?

Mais la civilisation égyptienne nous a laissé de très nombreux témoignages à la fois littéraires, épigraphiques, iconographiques et archéologiques nous parlant, de manière plus ou moins directe, des parfums et des senteurs, des plantes, des arbres, des fleurs et minéraux dont étaient extraits les différents ingrédients.

Nous découvrirons ainsi d'abord les sources de connaissance disponibles, puis nous analyserons les matières aromatiques utilisées et tenterons d'en identifier leur provenance. Ensuite, nous analyserons la manière dont ces substances étaient confectionnées puis stockées, ce qui sera l'occasion d'observer les différents types de récipients à parfums existants. Enfin, nous nous pencherons sur les différentes fonctions de ces produits, ainsi que sur la survivance de certaines traditions à l'époque actuelle, et ce notamment dans l'église copte.

[ARL, Q1, Conférences, 22/11/2014] Daniel Malnati, « Néfertary, ses origines, sa vie, ses enfants, ses monuments, la Vallée des Reines, sa tombe QV 66 »

Daniel Malnati

 Malnati Nefertari

La femme qui a apparemment le plus compté  dans la vie de Ramsès II nous laisse une tombe merveilleuse,  magnifiquement restaurée, malheureusement interdite à la visite ou alors à des conditions financières totalement irréalistes. Que savons-nous de cette femme qui possédait dans sa tombe au moins un meuble aux décorations du pharaon Aÿ, l’un de ceux que Séthy Ier et Ramsès II ont jugés indignes de figurer sur les listes royales ?

L’ancien directeur de la rive gauche de Louqsor a pris des photos  de la tombe qui, combinées aux publications sur le sujet, permettent une visite virtuelle complète de ce monument.

[ARL, Q1, Conférences, 08/11/2014] Marie Houyoux, « Ramsès Ier, le méconnu »

Marie Houyoux

 

Lorsque le mot « Égypte » est évoqué, le règne du grand Ramsès II nous vient naturellement à l’esprit, que ce soit à travers sa politique architecturale ou sa féconde descendance. Par contre, il est rare que l’on s’interroge sur l’identité du premier Ramsès, celui dont le nom sera emprunté et porté par dix de ses successeurs sur le trône d’Egypte.

Pourtant, Ramsès Ier a une histoire, une famille, une longue carrière de dignitaire précédant son règne, des projets architecturaux et militaires, et surtout un fils, le futur Séthy Ier. Ce dernier jouera un rôle particulièrement important dans la pérennisation du nom de son père. C’est donc grâce à lui que nous en savons plus de nos jours sur Ramsès Ier « le méconnu ».

[ARL, Q1, Conférences, 18/10/2014] Gaëlle Chantrain, « La perception de l’étranger dans la littérature égyptienne »

Gaelle Chantrain

 Chantrain Etrangers

Qu’elles soient conflictuelles, cordiales ou commerciales, les relations que les Égyptiens entretenaient avec leurs voisins constituent un thème richement exploité dans les textes et l’iconographie égyptiens. J’en propose ici un petit tour d’horizon, qui nous mènera des stéréotypes de l’idéologie royale aux réalités pragmatiques des textes documentaires, en passant par l’ironie et les métaphores de la littérature …

[ARL, Q1, Conférences, 11/10/2014] Johanne Garny, « Les relations entre l’Égypte, Byblos et Ougarit »

Johanne Garny

 Garny POEA

Dès la plus haute antiquité, le bassin méditerranéen oriental fut un lieu d’échanges et de contacts divers. Les différents royaumes, empires et cités qui le composaient entretenaient des relations régulières avec leurs voisins, qu’elles soient de nature commerciale, guerrière ou diplomatique. Lors de cette conférence, nous proposons d’examiner plus en détail les liens unissant l’Egypte et ses voisins asiatiques du Levant, en particulier les cités portuaires importantes que sont Byblos et Ougarit.


Par l’étude de textes en égyptien, akkadien et ougaritique, complétés par les découvertes archéologiques, un panorama global des relations entre l’Egypte et le Levant sera dressé, avec une attention particulière accordée aux contacts interrégionaux sous les pharaons du Nouvel Empire.

[ARL, Q1, Conférences, 27/09/2014] Nicolas Gauthier, « Le récit d’Ounamon : une expédition vers Byblos en quête de bois »

Nicolas Gauthier

 

Le « rapport d’Ounamon » constitue un témoignage exceptionnel sur le 11e siècle avant notre ère. Outre l’expédition menée par Ounamon en quête de bois du Liban destiné à l’Ouserhat, la grande barque d’Amon, cette composition fictive constitue une source historique importante sur la Troisième Période Intermédiaire.

Ce récit aurait donc une fonction purement administrative et décrirait la démarche à suivre pour obtenir du bois du Liban et les différents problèmes qui pourraient survenir (vol, agression, …). L’étude du texte permettra d’y voir plus clair sur ce récit riche en informations.